Pour Herby!

thumbnail_Photo Giordani%2c Herby.jpg

Depuis quelques jours, lorsque je pédale, le petit visage angélique de Herby habite mes pensées. Ce petit bout d’homme attachant a huit ans. Il est autiste. Il avait quatre ans quand il a reçu son diagnostic. Herby fréquente une école spécialisée. Il s’exprime difficilement, il ne dit que des mots isolés. Sa coordination et sa motricité fine accusent un retard important et il a tendance à être agressif. Son état requiert la présence d’un accompagnateur en tout temps. Les parents de Herby souhaitent plus que tout aider leur fils et ils ont approché la Fondation Noël au printemps pour que le petit ait accès à des traitements d’orthophonie et de psychoéducation. Comment expliquer qu’une famille avec un enfant qui a des besoins si importants doive se tourner vers une fondation pour que leur fils reçoive de l’aide?

J’ai parlé avec Alexandra Belzile, une éducatrice spécialisée qui travaille auprès de jeunes enfants autistes depuis quelques années. Elle affirme qu’il existe des ressources et que les soins qui y sont offerts sont couverts par le gouvernement. C’est avec du soleil plein la voix qu’Alexandra me parle de l’efficacité des thérapies actuelles. Elle a personnellement accompagné plusieurs enfants autistes qui ont fait des progrès extraordinaires dans leur capacité à communiquer. Son enthousiasme est très touchant. Le problème, dit-elle, c’est que les ressources sont largement insuffisantes pour répondre à la demande. Résultat, les listes d’attente sont interminables et les familles doivent souvent patienter plus d’un an avant d’avoir accès aux différents programmes. Un an, c’est une éternité pour ces parents qui ne savent plus où donner de la tête pour aider leur enfant. Vous connaissez la suite… Les familles avec des moyens se tournent vers le privé et payent pour que leur enfant soit suivi, alors que celles avec un faible revenu se sentent plus seules et plus démunies que jamais.

Pour vous donner une idée, les familles qui demandent l’aide de la Fondation Noël au printemps doivent avoir un revenu familial inférieur à 40 000 $ brut (avant déductions) par année. Or, la plupart du temps, les parents qui approchent la Fondation sont loin d’avoir ce genre de revenus. Plusieurs demandes sont faites par des familles monoparentales et le parent ne peut tout simplement pas travailler à cause de la maladie de son enfant. Ça brise le cœur… Personnellement, ça me donne le goût de pédaler et de relever mon défi. À ce jour, j’ai parcouru 3 340 km et j’ai amassé 3 430 $ en don. Il manque 6 270 $ pour atteindre mon objectif. Pour Herby et sa famille, pour que ce petit garçon formidable puisse recevoir, le plus rapidement possible, les soins dont il a besoin, merci de vous impliquer avec moi pour faire une différence. Merci de donner. Chaque don est important.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s