2 000 km parcourus!

IMG_3155-2Cette semaine, je franchirai la barre du 2 000 kilomètres parcourus. Ça veut dire que j’approche de ma deuxième étape importante, qui est Thunder Bay, en Ontario. J’y serai probablement jeudi. L’étape suivante est Winnipeg, au Manitoba. Ça avance!

Mes premiers 1000 km ont été assez périlleux (voir mon billet de blogue « 1 070 km plus tard, des nouvelles! »), mais les 1000 suivants se sont vraiment bien passés. Ouf! Je pense que j’ai trouvé le rythme qui me convient et même si je trouve ça difficile et que chaque fois que je descends de mon vélo, on croirait que je sors de la douche tellement je suis en sueur, j’ai du plaisir à pédaler. Je pédale 6 jours sur 7 et je fais en moyenne 37 kilomètres par jour. Des fois un peu plus, des fois un peu moins. Je n’ai plus aucune douleur à la jambe droite. En fait, je n’ai aucune douleur nulle part, merci yoga!

Non seulement cet entrainement physique me fait beaucoup de bien, mais en plus, le plaisir que j’ai à le faire pour une cause qui me tient à cœur me rend encore plus heureuse. Après chaque course, j’ai cette décharge d’endorphine qui vaut tous les efforts donnés. On dit que l’endorphine est l’hormone du bonheur, je le confirme! J’ai appris cette semaine que de s’impliquer dans sa communauté provoque le même sentiment de bonheur et d’euphorie. Dans son livre Guérir Le Dr. Servan-Shreiber affirme : « … dans les études sur les gens qui sont le plus heureux dans leur vie que les autres, on décèle systématiquement deux facteurs : ils ont des relations affectives stables avec des êtres proches, et ils sont impliqués dans leur communauté. L’implication dans la communauté est le fait de donner de sa personne et de son temps pour une cause dont nous ne tirons pas de bénéfice matériel en retour. »

Donner donc, rendrait heureux! Mes ami(e)s, soyons heureux tous ensemble, merci de m’encourager et de donner pour la cause des enfants malades. Ceux qui recevront vos dons en ont tellement besoin! Pour ma part, je ne lâche pas, et dans les prochains jours, je vous présenterai l’histoire de Martin, un petit garçon de sept ans qui est autiste.  Ses besoins sont grands…

___________________________________________

Source:
Servan-Schreiber, David. Guérir : le stress, l’anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse, Paris, Les Éditions Retrouvées, 382 pages.

 

2 commentaires sur “2 000 km parcourus!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s