Pour la petite Émilie

Photo vasquez emilie

Laissez-moi vous parler d’Émilie, une petite fille autiste pour qui je pédale en ce moment. Émilie a 3 ans. Elle a un petit frère de 1 an et une grande sœur. Son niveau d’autisme est de 2 à 3, ce qui veut dire que la sévérité est élevée. Elle est non-verbale et accuse un retard global important. Sa mère, Kim, a dû quitter son emploi pour s’occuper d’elle à temps plein, ce qui a fait chuter de façon dramatique le revenu familial.

Comme tous les enfants, Émilie est attachante. Elle est un véritable petit miracle de résilience. Sa famille déploie une énergie extraordinaire pour la supporter et lui permettre de se développer. Les défis quotidiens d’Émilie sont nombreux. Elle est hypersensible aux stimuli comme l’éclairage, le bruit, les textures. Elle a peur des voitures, des chantiers de construction, des sirènes de police et d’ambulances. Ses comportements sont imprévisibles et elle n’a aucune notion du danger. Cette hypersensibilité génère beaucoup d’anxiété. Émilie aura bientôt 4 ans. Sortir avec elle dans les endroits publics n’est jamais simple. Elle panique dans les escaliers et dans les ascenseurs et elle refuse fréquemment de marcher. Chaque fois que sa mère l’emmène quelque part, elle doit tôt ou tard la prendre dans ses bras, et souvent, Émilie est en crise. Kim tente du mieux qu’elle peut de la contrôler, mais sa fille est lourde, forte et difficile à maitriser. Pour sortir avec Émilie, une poussette est nécessaire, mais elle grandit et les celles offertes sur le marché sont devenues trop petites pour elle. Résultat, la famille sort de moins en moins et s’isole de plus en plus.

Kim a fait appel à la Fondation Noël au printemps pour recevoir de l’aide pour acheter une poussette adaptée afin de pouvoir continuer à sortir avec son enfant. Sa demande a été retenue par la fondation. Je pédale donc pour cette famille. Je suis moi-même une maman et j’ai eu à faire face à quelques crises de mes enfants dans des endroits publics. Ça fait longtemps, mais aucun parent n’oublie ce genre de situation. C’est tout simplement éprouvant. Je remercie la vie que ça ne me soit arrivé qu’à quelques reprises et je n’ose même pas imaginer que ce scénario puisse être quotidien. En fouillant sur l’autisme, je suis tombée sur cette phrase : « L’autisme ne vient pas avec un manuel d’instructions, mais ça vient avec une famille qui n’abandonnera jamais. » Pour la petite Émilie et sa famille, ensemble, faisons une différence. Merci de faire un don. Au moment d’écrire ces lignes, j’ai pédalé 1 728 km et j’ai amassé 1 680$ en don. Je ne lâche pas! Merci pour votre générosité!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s